Foreigners in Lille ULNF

Réseau des étrangers francophones de Lille et de la région

On peut rire de tout ?

Le besoin de rire de la vie même a accompagné depuis temps in mémoriels a la race humaine, bien que seulement quand les « règles du jeu » du ce moment-là de la société aient permis s’exprimer du mode plus libre possible.
Même à une époque si délicate comme celle-là de l’article de Jonathan Swift, écrit en 1729, dans une position si dangereux comme la d’être prête d’église irlandaise en critiquant la « classe haute » de la société de ce moment-là, on utilisait l’ironie et l’humour en général pour dénoncer d’une manière intelligente la famine et la pauvreté qui assolaient Irlande en cette époque-là, inclus en parlant sur une chose si précieux comme la vie d’un bébé ou d’un enfant
Dans la société actuelle (on fait référence au premier et au deuxième document, le premier un article de 2004 de Pierre Sankowski au magazine « Label France » et le deuxième un discours du député helvétique Charles Beer, tous les deux dans un cadre européen) les choses sont réellement plus faciles que à cette époque-là et l’use de l’humour est un pratique très usuelle et absolument étendue, mais ça génère une certaine controverse à certaines occasions dans lesquelles l’objectif de rire ressemble quelque fois hors de contexte et c’est fortement poursuivi par la justice quand les limites légales sont passés. Mais le droit et le besoin de rire sont des choses très liés à notre conception de la liberté d’expression et de notre liberté en général, c’est pour ça qu’avec ces documents on va analyser jusqu'à quel point on a ce droit et si réellement le besoin c’est si grande comme pour, en certaines occasions, passer les limites quelques fois hors de la loi.

Le droit et le besoin de rire de tout

L’humour est un outil très puissant qui permet à la société s’évader de la réalité, regarder les problèmes depuis la distance, critiquer et améliorer notre société. L’article de Jonathan Swift déjà mentionné antérieurement est un clair exemple de ça que l’humour critique ou l’ironie sont capables et de que déjà a cette époque-là on les utilisait avec ce but. Mais pas toujours existe la possibilité de rire de tout de tout le monde, selon l’opinion de Pierre Desproges (humoriste français), opinion commentée dans les deux premiers documents. La justice française est assez tolérante avec l’humour, puisque ça suppose un grand exemple de liberté d’expression, mais elle respecte l’humoriste seulement dans les occasions où lesquelles il réussit faire que tout le monde risse, sans exception. Un grand exemple qui constate ça est la constante parodie qu’on fait des personnages publics et des autorités, quelques fois en traversant les limites juridiques.
Le problème c’est qu’on soit dans le risque de n’être pas drôle où les occasions dans lesquelles on touche des sujets d’identité ou qu’il y ait le danger de dire des choses « politiquement incorrectes ». Dans ces occasions, bien qu’on ait le besoin de rire de certaines choses comme traitement et remède de tout mal et, malgré qu’on doit rire de tout ça qui corresponde à la vie humaine, inclus l’angoisse et la mort, c’est normalement le charisme de l’humoriste, les respect de lui à certains sujets, savoir quand est le moment et le lieu précis pour faire le blague, celui qui fait possible que le rire soit universel, pour tout le monde. C’est surtout dans ces occasions, comme on a déjà commenté, quand la justice est beaucoup plus condescendante et complaisante.

En conclusion rire sert comme action de libération, pour oublier les difficultés, pour voir les situations depuis une autre perspective et depuis un point de vue critique, c’est synonyme de liberté et libération, en fait droit et de besoin de la société actuelle européenne, mais oui on peut définitivement rire de tout et de tout le monde, c'est-à-dire le rire est légitime et licite seulement quand on réussi que tout le monde rie avec celui.

Vues : 1860

Y répondre

Réponses à cette discussion

Je suis d ‘accord avec ça . En effet , nous utilisons l ‘humour pour presenter nos opinions , en particulièr , quand la société est dirigée par le gouvernement dictatorial, le gouvernement bâillonne , les citoyens ne peuveut pas parler les choses sur les mesures de gouvernement, donc les personnes veulent trouver d’autre façon pour exprimer leurs opinions .La satire , c’est un bon arme pour contrer le dictateur . Il permt de manifester les opinions aux personne en riant . Les pesonnes réalisent leurs buts par l’humour .
Ensuit, en générale , on profite de rire pour oublier les difficultés et les douleurs. Quand on rencontre beaucoup de difficultés dans la vie et on pense que on ne peut pas surmonter ces difficultés , on devient perministe. A ce monment là, si on continue à être persimiste , on perderai son chemin.Donc ,on doit oublier les ennuis pour recommencer la vie. Comment on fait ? Nous avons besoin de rire, nous devons chercher les choses qui peut nous faire rire. Depuis longtemp les grands hommes profitent de rire pour exposer leur optimiste quand ils rencontrent les difficulté. Donc on a besoin de rire dans la vie .
En fin,l’humour peut nous aider à trouver beaucoup d’amis . Actuellement , dans la société les amis sont très important pour que nous puissons obtenir succès . Pendant que nous communiquons avec d’autre personnes , l’humour nous fait être plus populaire. Comme ça nous obtiendrons beaucoup de chances pour communiquer avec d’autre personne , ensuit nous nous connaissons bien. Donc l’humour est très important pour nous .
On doit apprendre comment on rit et il faut qu ‘on sache rire . Nous devons exprimer notre humour temps en temps .

Je suis d ‘accord avec ça. En effet, nous utilisons l ‘humour pour presenter nos opinions , en particulier, quand la société est dirigée par le un gouvernement dictatorial, le un gouvernement qui bâillonne. Ici, les citoyens ne peuvent pas parler les des choses sur les mesures du gouvernement, donc les personnes veulent trouver d’autre façon pour exprimer leurs opinions. (ATTENTION, à la ponctuation !)
La satire , c’est une bonne arme pour contrer le un dictateur . Il permet de manifester les opinions aux sur les personnes en riant. Les pesonnes réalisent leurs buts par l’humour.

Ensuite, en général, on profite de rire pour oublier les difficultés et les douleurs. Quand on rencontre beaucoup de difficultés dans la vie et qu'on pense qu'on ne peut pas les surmonter ces difficultés, on devient perministe pessimiste. A ce moment là, si on continue à être persimiste , on perderai perd son chemin. Donc, on doit oublier les ennuis pour recommencer la vie. Comment on fait ? Nous avons besoin de rire, nous devons chercher les des choses qui peut peuvent nous faire rire. Depuis longtemps, les grands hommes profitent de rire pour exposer leur optimisme quand ils rencontrent les difficulté. Donc on a besoin de rire dans la vie .
Enfin, l’humour peut nous aider à trouver beaucoup d’amis . Actuellement, dans la société les amis sont très importants pour que nous puissons obtenir du succès . Pendant que nous communiquons avec d’autres personnes, l’humour nous fait être plus populaire. Comme ça nous obtiendrons beaucoup de chances pour communiquer avec d’autres personnes, ensuite nous nous connaissons mieux bien. Donc l’humour est très important pour nous .
On doit apprendre comment on rit et il faut qu ‘on sache rire . Nous devons exprimer notre humour de temps en temps .

Le besoin de rire de la vie même a accompagné depuis des temps immémoriels a la race humaine, bien que seulement quand selon les époques, les « règles du jeu » de ce moment-là de la société aient permis d’exprimer du un mode possible et accepté de liberté possible.
Même à une époque si délicate comme celle-là de l’article de Jonathan Swift, écrit en 1729, dans une position si dangereux comme la d’être prête d’église irlandaise en critiquant la « classe haute » de la société de ce moment-là, on utilisait l’ironie et l’humour en général pour dénoncer d’une manière intelligente la famine et la pauvreté qui assolaient affamaient l'Irlande en à cette époque-là, inclus en parlant sur d'une chose si précieuse comme la vie d’un bébé ou d’un enfant.
Dans la société actuelle (on fait référence au premier et au deuxième document, le premier un article de 2004 de Pierre Sankowski du magazine « Label France » et le deuxième un discours du député helvétique Charles Beer, tous les deux dans un cadre européen) les choses sont réellement plus faciles que à cette époque-là et de l’humour est une pratique très usuelle et absolument étendue, mais ça elle peut génèrer une certaine controverse à certaines occasions dans lesquelles l’objectif de rire ressemble quelque fois hors du contexte et c’est fortement poursuivi par la justice quand les limites légales sont outrepassées.

Mais le droit et le besoin de rire sont des choses très liés à notre conception de la liberté d’expression et de notre liberté en général, c’est pour ça cela qu’avec ces documents on va analyser
jusqu'à quel point on a ce droit et si réellement le besoin c’est si grande comme pour, en certaines occasions, passer les limites quelques fois hors de la loi. à réécrire

Le droit et le besoin de rire de tout

L’humour est un outil très puissant qui permet à la société de s’évader de la réalité, regarder les problèmes depuis la avec distance, critiquer et améliorer notre société. L’article de Jonathan Swift déjà mentionné antérieurement est un clair exemple de ça que l’humour critique ou l’ironie sont capables / efficaces / puissantes... et de que.

Déjà à cette époque-là, on les utilisait avec dans ce but. Mais pas toujours la possibilité de rire de tout et de tout le monde existe rarement, selon l’opinion de Pierre Desproges (humoriste français), opinion commentée dans les deux premiers documents. La justice française est assez tolérante avec l’humour, puisque ça elle suppose un grand exemple de liberté d’expression, mais elle respecte l’humoriste seulement dans les occasions où lesquelles il réussit à faire que tout le monde rie, sans exception. Un grand exemple qui constate ce fait, ça se présente dans la constante parodie qu’on fait des personnages publics et des autorités, quelquefois en traversant franchissant les limites juridiques.
Le problème est qu’on soit dans le risque de n’être pas drôle où les occasions dans lesquelles on touche des sujets d’identité ou qu’il y ait un danger de dire des choses « politiquement incorrectes ». Dans ces occasions, bien qu’on ait le besoin de rire de certaines choses comme traitement et remède de tout mal et, bien qu’on doive rire de tout ça qui correspond à la vie humaine, inclus l’angoisse et la mort, c’est normalement le charisme de l’humoriste, le respect qu'il montre de lui à sur certains sujets, savoir quand est le moment et le lieu précis pour faire les blagues, celui qui fait possible que le rire soit universel, pour tout le monde. C’est surtout dans ces occasions, comme on a déjà commenté, quand que la justice est beaucoup plus condescendante et complaisante.

En conclusion rire sert apparait comme action de libération, pour oublier les difficultés, pour voir les situations depuis une autre perspective et depuis un point de vue critique. Il est synonyme de liberté et de libération, en fait droit et de besoin de la société actuelle européenne. mais oui on peut définitivement rire de tout et de tout le monde, c'est-à-dire le rire est légitime et licite seulement quand on réussit à ce que tout le monde rie avec celui.


Les compétences pragmatiques (traitement des infos, synthèse) sont acquises mais si l'introduction pourrait être plus précise.
Pour la langue, voir les commentaires (attention à ça, trop utilisé et à certaines formes syntaxiques)
Le droit à rire de tout

Faisant toujours partie de nos vies quotidiennes et étant en même temps un des garants de la liberté d’expression, le rire apparaît comme un phénomène complexe, étant donnée la polyvalence de ses buts, qui vont de la simple détente de l’esprit jusqu’à la critique acide des imperfections de la société. Ainsi, en 1729, dans son ouvrage intitulé ‘Modeste proposition pour empêcher les enfants des pauvres d’être à la charge de leurs parents ou de leur pays et pour les rendre utiles au public’, Jonathan Swift utilise le rire comme une arme afin de dénoncer la misère de la société irlandaise. La même finalité – celle d’attirer l’attention sur la manque d’efficacité de l’économie politique et des organismes publics – est suivie par le dessin de Schwartz, publié dans le journal satirique ‘Charlie-hebdo’ du 1er février 2006. Le 22 juin 2005, le discours du député suisse Charles Beer met en évidence la qualité thérapeutique du rire, celle d’éloigner l’esprit humain du tragique. Enfin, la nécessité d’imposer certaines règles de temps et de lieu quand on rit est soulignée dans l’article ‘Peut-on rire de tout?’, écrit par Pierre Siankowski et paru en 2004 dans le magazine ‘Label France’. Vu la compléxité du rire, il semble qu’il soit nécessaire de s’interroger sur le droit à rire de tout. Est-ce qu’on peut aborder tous les sujets en riant? Et, surtout, faut-il contextualiser le rire, lui imposer des limites? On étudiera les différents sujets et buts visés par le comique, puis les risques que peut avoir le rire si certaines frontières sont franchies. C’est en raison de l’existence de ces risques qu’on sera amené à analyser aussi les limites de l’humour.


Une fois avoir démontré le fait qu’on peut aborder tous les sujets en riant, il semble nécessaire d’analyser les différents buts poursuivis par le comique. Les visées du rire peuvent sans aucun doute être considérées complexes, car elles se retrouvent à plusieurs niveaux: psychologique, socio-économique, mais aussi politique.

Tout d’abord, le rire est très souvent utilisé dans l’intention de critiquer la société, comme en témoignent tous les documents du dossier. Autrefois, Jonathan Swift accusait l’indifférence des propriétaires terriens face à la pauvreté provoquée par la Grande Famine Irlandaise pendant le 18ème siècle. Dans son écriture ironique, il a abordé le sujet de l’anthropophagie afin de dénoncer, au nom de l’intelligence et de la morale, l’inhumanité et l’injustice de l’économie politique. Aujourd’hui, le but de critiquer la réalité de la société est toujours présent, même si les aspects visés diffèrent. Donc, selon le député C. Beer, le rire, en défendant la liberté d’expression, peut représenter un rempart contre la tyrannie. Il illustre cette affirmation par l’exemple de Florence Aubenas qui a utilisé le comique contre une des plus grandes menaces de la société actuelle: le terrorisme. Comme le montre le dessin de Schwartz, le rire a aussi le pouvoir de se moquer de la manque d’efficacité des politiques économiques visées par les organismes publics dans leur lutte contre le chômage et la bureaucratie. Ni le premier document du dossier, appartenant à P. Siankowski, n’ignore le rôle important de l’humour comme arme de dénonciation des institutions publiques et des personnalités politiques.

Quand même, lorsqu’on aborde le point de vue psychologique, une autre visée du rire devient évidente. Ce sont P. Siankowski et C. Beer qui constatent les effets du comique au niveau psychologique. Premièrement, d’après P. Siankowski, le rire est un acte universel, basé sur la volonté de rassembler. Par conséquent, lorsque l’humour est fin et bien aimé, il devient un acte rassembleur: on rit en commun, on rit pour rassembler, on rit pour se protéger de tout le monde. L’idée de protection est partagée par C. Beer aussi qui rappelle que le rire est un garant de la liberté et de l’optimisme, car il aide l’esprit humain à se détacher du tragique.

C’est en pouvant aborder une pluralité de sujets que le rire peut jouer tous ces rôles. Néanmoins, l’une des raisons pour lesquelles le comique est un sujet polémique, c’est le fait qu’il peut impliquer des risques. Quels sont ces risques et, surtout, quelles sont les limites qu’on doit imposer au rire, en respectant, en même temps, la liberté d’expression?



Voici le texte que les étudiants ont étudié. C'est un pamphlet de 1729. Quelle ironie pour l'époque !


MODESTE PROPOSITION
POUR EMPÊCHER LES ENFANTS
DES PAUVRES D'ÊTRE À LA CHARGE
DE LEURS PARENTS OU DE LEUR PAYS
ET POUR LES RENDRE UTILES AU PUBLIC

Jonathan Swift


C'est un objet de tristesse, pour celui qui traverse cette grande ville ou voyage dans les campagnes, que de voir les rues, les routes et le seuil des masures encombrés de mendiantes, suivies de trois, quatre ou six enfants, tous en guenilles, importunant le passant de leurs mains tendues. Ces mères, plutôt que de travailler pour gagner honnêtement leur vie, sont forcées de passer leur temps à arpenter le pavé, à mendier la pitance de leurs nourrissons sans défense qui, en grandissant, deviendront voleurs faute de trouver du travail, quitteront leur cher Pays natal afin d'aller combattre pour le prétendant d'Espagne, ou partiront encore se vendre aux îles Barbades.

Je pense que chacun s'accorde à reconnaître que ce nombre phénoménal d'enfants pendus aux bras, au dos ou aux talons de leur mère, et fréquemment de leur père, constitue dans le déplorable état présent du royaume une très grande charge supplémentaire ; par conséquent, celui qui trouverait un moyen équitable, simple et peu onéreux de faire participer ces enfants à la richesse commune mériterait si bien de l'intérêt public qu'on lui élèverait pour le moins une statue comme bienfaiteur de la nation.

La suite >>> lien
Le dossier documentaire est composé d’un extrait d’article écrit par P. SIANKOWSKI dans la revue Label France n°56 en 2004 et d’un discours prononcé le 22 juin 2005 par C. BEER, un député suisse. Il aborde le sujet problématique Peut-on rire de tout ?>> de du point de vue juridique et émotionnel. Nous étudierons, en première partie, le droit de rire considéré comme la liberté d’expression. Nous serons ainsi amenés à chercher de la limite de du rire et de la contrainte d’être volonté de rire. Expression à revoir !

Ce sujet est régulièrement posé dans le public, parfois considéré comme un tabou. D’après la législation française, la liberté d’expression est garantie par la Constitution, comme l’a montré P. SIANKOWSKI. Tous les sujets sont permis, y compris les plus graves, sous entendu que l'on peut rire de tout. Cette opinion est aussi confirmée par C.BEER. Il souligne que le rire fait partie de la vie humaine, ainsi qu’il est liée à la création la manifestation de rire selon l’acte de liberté. >> Expression à revoir !
En donnant un exemple d’une journaliste otage en Irak qui riait en ayant son libération lors de sa libération, C.BEER indique enfin que le rire permet d’affronter la réalité, de se distancier du tragique. C’est aussi bien un moyen de garantir de la liberté politique pour le comme un rempart contre la tyrannie.

Pourtant, P. SIANKOWSKI rappelle que on peut rire de tout mais pas avec n’importe de qui>>. Cette réponse de P.DESPROGES, l’humoriste français, est aussi bien adaptée par ces deux auteurs. Selon une perspective proposée par P. SIANKOWSKI, au niveau juridique, le rire peut mener à des risques d’accusation d’injures et de diffamation. Car la frontière du drôle>> et du pas drôle>> est ambiguë. Il est difficile de distinguer entre le rire et se moquer la moquerie ou mettre l’index la mise à l'index de quelqu’un, sachant que les bornes sont peut-être franchies. Bien que C.BEER soit d’accord à avec ce point-là, il insiste aussi bien que savoir rire de tout est nécessaire>>. Cependant ils s’entendent bien que l’intention de rire, est un enjeu important. C’est une volonté de rassembler QUI autorise à franchir certaines limites.

En conclusion, on peut rire de tout, mais à condition que tout le monde rie>> serait alors un élément de réponse.

RSS

Activité la plus récente

Hassan Abdoulaye a laissé un commentaire pour PILAR
"Bonjour cher amie je suis un jeune tchadien je vien de m'inscrire sur le site je suis le responsable d'une structure touristique denommee Mongo touristique et voici mon site net.www.Mongotouristique.com et je voulait te demander cher amie…"
23 sept.
Icône de profilhalimamk, Sheilah Mckelvey, pilescahed1976 et 11 se sont joints à Foreigners in Lille ULNF
8 juin
lamamri larbi a répondu à la discussion La chasse au stéréotypes de Pascale Maier Coureaut.
"Bonjour Pascale. merci de bien vouloir me fournir des documents traitant les stéréotypes culturels en FLE."
25 mai
Shula Rajaonah a laissé un commentaire pour Shula Rajaonah
"« Fais que chaque heure de ta vie soit belle. Le moindre geste est un souvenir futur ».[Claude Aveline]"
5 mai
Shula Rajaonah a laissé un commentaire pour Shula Rajaonah
"La vie nous confronte tous quotidiennement à une série de grandes opportunités brillamment déguisées en situations qui semblent impossibles."
5 mai
Shula Rajaonah a publié un statut
""Quoi que tu rêves d'entreprendre, commence-le. L'audace a du génie, du pouvoir, de la magie." Johann Wolfgang von Goethe"
5 mai
Shula Rajaonah a publié un statut
"Il y a deux buts dans la vie: obtenir d'abord ce que l'on désire,ensuite en jouir. Seuls les sages atteignent le second.Logan Pearsall Smith"
5 mai
Shula Rajaonah a laissé un commentaire pour Shula Rajaonah
"Aimer, c'est exprimer par une prévenance,  Un sourire, un bonjour ou même une caresse, Et montrer à chacun, sans la moindre arrogance,  Le choix de notre cœur et de notre tendresse."
5 mai
Discussion publiée par nina

MOOC

Les MOOC  une révolution ou tout simplement nouvelle innovationsPlus
20 mars
Photos publiées par Narek Mkrtchian
12 janv.
Icône de profilSviatoslav et clemdouai se sont joints à Foreigners in Lille ULNF
7 janv.
Lilit NERSISYAN s'est joint au groupe de DAvid Cordina
Miniature

Entre Lille et Erevan : le monde

Groupe de e-tandem entre les étudiants arméniens francophones de l'UFAR et les étudiants étrangers francophones de Lille1
5 janv.
Mazure a laissé un commentaire pour Rob Donkin
"Hi ! I would like to learn english because I search a VIE next year ! In exchange, I give French lessons! If you're interested, let me know !  Bye, Marie "
27 nov. 2013
Icône de profilAna Gabriela Valério, Marta J. Muñoz, Franglish et 4 se sont joints à Foreigners in Lille ULNF
27 nov. 2013
Ouapou Princia Céleste est désormais membre de Foreigners in Lille ULNF
13 sept. 2013
Icône de profilchaif rim hayat, Cheung, Maria Paula Reyes et 7 se sont joints à Foreigners in Lille ULNF
9 sept. 2013
Carolina Nogueira a commenté l'article Faire Connaissance!!! =) de Carolina Nogueira.
"Coucou Imane, on peut mieux discuter par mail, je pense. Le mien est carolinanogueira@hotmail.fr. à bientôt, j'espère!  Carolina"
9 sept. 2013
imane a laissé un commentaire pour Sarah
"salut sarah "
9 sept. 2013
imane a commenté le groupe Doctorants B2 de Frédérique Bazire-Duriez.
"Bonjour à tous "
9 sept. 2013
imane s'est joint au groupe de Frédérique Bazire-Duriez
Miniature

Doctorants B2

Groupe Doctorants B2 - 2009/2010
9 sept. 2013

Photos

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

© 2014   Créé par DAvid Cordina.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation